Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: imagcache_actions. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1156 of /applications/www/spicy.brgm-rec.fr/includes/bootstrap.inc).

L'île de La Réunion

Parmi les Territoires d'Outre-Mer, La Réunion est l'un des plus exposés aux cyclones tropicaux. Dans le sud-ouest de l'Océan Indien, la saison cyclonique s'étale officiellement du 15 novembre au 30 avril. Les trajectoires cycloniques s'orientent généralement vers le sud-ouest. La plupart du temps, elles proviennent donc du nord-est de la Réunion et passent soit au nord soit au sud de l'île. Les vagues et les surcotes induites impactent particulièrement les façades nord et est de l'île. Durant les 10 dernières années, sept cyclones sont passés à moins de 200km de La Réunion. Sur les 30 dernières années, ce ne sont pas moins de 23 météores qui ont intéressé l’île.

La Réunion est composée de deux massifs volcaniques (le Piton des Neiges au nord et le Piton de la Fournaise au sud) sur lesquelles s’écoulent des rivières dites torrentielles. La forte pluviométrie de l'île a créé un réseau hydrographique très dense avec de nombreuses ravines et rivières. L'île comprend 13 rivières pérennes ainsi que quelques étangs. Dans les rivières, le débit peut atteindre des valeurs considérables pendant les épisodes cycloniques. Par exemple, un débit de 1 200 m3.s-1 a été enregistré dans la “Rivière des Galets”, au nord-ouest de l’île, pendant le cyclone Dina (2002). En l'absence de plateau continental, les profondeurs d'eau deviennent très importantes dès que l’on s’éloigne un peu de la côte. Les zones récifales étant très restreintes et localisées, la majeure partie du littoral est directement exposée aux fortes vagues et aux franchissements par paquets de mer.

La nature volcanique de l'île induit une forte concentration de la population à proximité des zones littorales (~80% entre 0 et 400m d’altitude) qui sont particulièrement exposées aux impacts des cyclones. Lors des cyclones Dumile et Bejisa (respectivement en janvier 2013 et janvier 2014), le niveau rouge du plan ORSEC a été déclenché. L'oeil de Bejisa est passé à moins de 15km de la côte ouest de l'île, au large de Saint-Leu. Le cyclone a généré des rafales de vent de l'ordre de 130 à 150km/h sur la côte ainsi que des précipitations importantes avec un pic à 800mm à Cilaos en 24h. Les franchissements par paquets de mer dus aux vagues déferlantes ont engendré l'évacuation de dizaines de personnes à Saint-Paul et Saint-Leu ainsi que la fermeture temporaire de la route RN1. De nombreuses maisons ont été inondées dans l’ouest de l’île et la combinaison des inondations fluviales avec la hausse du niveau marin a engendré de nombreux dommages dans le port de Saint-Gilles sur la commune de Saint Paul.

Dernière mise à jour le 30.01.2015